Steinway Hall Suisse Romande Lausanne - Irina Lankova fait chanter le piano

Ce soir du 15 juin, Irina Lankova avait choisi de jouer des œuvres de Franz Schubert, « le premier des romantiques » et de Sergueï Rachmaninov, enrichies par des explications personnelles.

Ainsi le public a pu suivre, entre autres, les personnages décrits dans Erlkönig sur le rythme effréné de Schubert (transcription de F. Liszt), et à partager les états d’âme exprimés par la personne regardant le coucher de soleil sur les vagues dans Auf dem Wasser zu singen …

Irina Lankova, de grâce et de feu

Irina Lankova dompte d’une feinte douceur les plus violents compositeurs. Ce fut encore le cas, le 26 mars à Paris, dans une salle Gaveau conquise par les caresses à Schubert, les griffes à Scriabin et une chevauchée parfaitement maîtrisée des préludes Op.23 no. 1-7 de Rachmaninov. Le public n’oubliera pas non plus la création mondiale qu’elle a donnée d’Ostinato Etude Op.66 du déjà très abouti et pourtant encore prometteur compositeur Nimrod Borenstein. Irina Lankova traduit sur le bout des doigts toute la poésie fantastique de Borenstein dont la musicalité tient de l’origine de l’Univers et d’une influence marquée du Sérialisme.

CD Schubert Critique dans le Pizzicato Magazine, Luxembourg ****

Irina Lankova, d’origine russe, école russe, âme russe, s’est profondément identifiée avec la musique de Franz Schubert. Ainsi peut-elle présenter un CD qui permet une nouvelle conception radieuse de l’œuvre du maître de Vienne. Le plus bouleversant de son interprétation est la sensibilité poétique dont la pianiste dote son jeu.